Lost in my cocoland

Everthing about me ...serie, drama, musique, cinema ....

17 avril 2009

Zeni Geba.

Zeni Geba aka Money Crazy.

800px_Zenigeba_banner

Jdrama en 9 épisodes.

Diffusé du 17 janvier 2009 au 14 mars 2009.

3755901837559018375590183755901837559018

Cast :

Matsuyama Kenichi dans le rôle de Gamagori Futaro.

Saito Ryusei dans le rôle de Futaro enfant.

Mimura dans le rôle de Mikuni Midori.

Kinami Haruka dans la rôle de Mikuni Akane.

Miyagawa Daisuke dans le rôle de Ogino Satoshi.

Shiina Kippei dans le rôle de Gamagori Kenzo.

Okunuki Kaoru dans le rôle de Gamagorii Momoko.

32859_20__203

L'histoire :

Futaro n'a connu que la pauvreté. Il vit avec sa mère malade, et il revoit son père devenu alcoolique et violent à la suite de son licenciement, quand ce dernier à besoin d'argent. La mère de Futaro qui ne souhaite pas inquiéter son fils, lui ment sur l'arrêt de son  traitement qu'elle ne peut plus financer. Un soir, la mère, faute de suivi médicale finit par mourir; Cette perte, est un électrochoc pour Futaro. Il  accuse l'argent ou ici son manque, d'être responsable du décès de sa mère. A partir de cet instant sa seule préoccupation est l'appât et accumulation du gain quelque en soit le prix. Il veut prouver au personne qui se dise bien pensante que c'est l'argent qui mène le monde.Cette obsession qui contrôle sa vie  le mène à retrouver Midori, la fille d'un riche propriétaire d'une entreprise de construction naval qu'il a connu enfant. Son unique but étant de devenir le chef de l'entreprise, pour cela Futaro se rapproche et utilise la soeur cadette de Midori , la fragile et renfermée Akane .

32859_20__202

L'avis :

C'est la crise, la récession et cela se voit dans les sujets du drama. Cela se ressent dans le traitement du drama , les producteurs font des économies la preuve : Qu'est ce que je voit dans le premier épisode, les mêmes décors de Byakuyakou. Oui oui, c'est bien les mêmes usines, la même fumée ce même soleil en plus les dramas ne font plus que 9 épisodes... Des coupes budgétaires je vous dis! J'arrête là mes divagations. Parlons de ce fameux drama.

En plein visionnage de mon cycle de Kdrama, j'ai décidé de faire une petite entorse à mon programme pour Zeni Geta.C'est la faute à l'excellent article de Lynda. J'avais oublié à quel point un Jdrama se regarde vite , et encore plus s'il est de cette qualité !

Zeni Geba traite d'un sujet vieux comme le monde, l'éternel clivage entre les riches et les pauvres. L'originalité est de l'illustrer par la descente au enfer de son héros Futaro. Il est difficile de ne rien ressentir en regardant ce drama. On passe  par une palette d'émotion : de la pitié, la frustration, le mépris au degout. Zeni Geba c'est un visionnage éprouvant les propos tenus par Futaro font à un moment faire écho avec notre relation que l'on entretient avec l'argent.

zeni_geba

Alors c'est quoi : Zeni Geba :

Un scénario machiavélique les scénaristes écriront : "Quand je serai riche, je serai heureux". Quand j'ai fini la fin du premier épisode, je suis restée comme hébétée. Le mignon et innocent Futaro est devenu en l'espace de quelques années, un homme obsédé, par l'argent  imprévisible, cruel, à la frontière de la folie voir de la sckizophrénie. Au debut, Futaro est clairement décrit comme une victime de l'argent, cependant par le suite et c'est la réussite du drama, il devient un calculateur, il dégage une sorte de froideur qui  m'a glacé la sang. On ne peux pas rester insensible aux monstruosités qu'il inflige à ses victimes tout en nous attirant dans son piège. On souhaite savoir la suite, et comment il va s'en sortir. Futaro est prêt à tout et surtout à faire n'importe  pour se venger de l'argent ! Pour cela il va payer de sa personne et surtout utiliser les faiblesses des  autres.  Je ne citerai que la pauvre Akane, elle m'a marqué ! Elle est la première étape dans le plan de Futaro, il se sert de son handicap pour l'approcher et pour ensuite l'utiliser comme une marionnette. C'est cruel, odieux écoeurant. C'est juste terrible.

Une tension crescendo, le réalisateur  mettra en avant : un peu comme dans Byakuyakou, l'ambiance devient de plus en plus étouffante. L'environnement est entouré d'usine, de métal, le ciel est nuageux. La maison d'Akane et Midori perd peu a peu de sa vitalité, et de son rayonnement. Futaro par sa présence crée une ambiance pesante, lourde, angoissante et d'insécurité. Le drama est très travaillé au niveau de la photographie et du cadrage : sur certaine scènes, la lumière y est presque aveuglante, comme pour cacher quelque chose. On sent que rien n'est laissé au hasard; La musique renforce  la tension : elle peut être stridente, angoissante et je ne sais pas pourquoi mais il y un morceau de la bande son qui m'a fait penser à du Sergio leone. Le montage est aussi malin, on a des flashbacks tout le long du drama, c'est assez astucieux car à chaque fois que je revoyais la bouille de Futaro enfant, je ne pouvais m'empêcher d'avoir pitié .  Alors que juste avant on a Futaro adulte, en plein délire qui venait de faire souffrir quelqu'un .C'est malin. Je vous dis. Pour renforcer la coté addictif, chaque épisode se termine par un cliffhanger de la mort qui tue (expression entendu ce matin, ça m'a bien fait sourire). A la fin , de chaque épisode, je n'avais qu'une envie  c'est de voir le suivant. Bon j'ai tenu bon mais heureusement que je suis pas au japon car je ne pourrais pas attendre une longue semaine entre chaque épisode.

0zeni

Avec un dernier épisode surprenant et étouffant le drama se terminera : à la fin de l'épisode 8, je me suis demandée se que les scénaristes allaient me réserver. La claque, je vous dis pas. J'ai jamais vu une fin aussi dingue et d'une incroyable justesse. Je ne m'attendais pas à ça. Elle renforce le coté désespéré du personnage. On voit à quel point, il était seul, mal dans sa peau et je le répète " désespéré". Quand Futaro s'adresse aux spectateurs, ça fait  froid dans le dos, il nous  prend à témoin. On se dit qu'avec son acte final, la boucle est bouclé mais avec ces paroles on sait qu'elle ne l'ai pas entièrement. Car des Zeni Geba, sans aller dans les extrêmes de Futaro, il doit en avoir. Alors attention au personne qui traverse devant votre voiture, et qui par la suite souhaite être votre ami (e) .

Des acteurs qui savent parfaitement jouer tu embaucheras ! Je vais commencer par quelques personnages qui m'ont marqué puis je dresserai un portait dithyrambique sur le travail de Kenichi Matsuyama . Au niveau des personnages, ils ont tous à un moment leur importance. En plus, il n'y a pas de boulet, bon peut être le sosie de Futaro mais le personnage aura aussi son importance et puis voir Kenichi Matsuyama coiffé comme un surfeur des année 80's (style point break) ça faut le coup d'oeil. J'ai beaucoup apprécié la servante, elle est la première à découvrir le double jeu de Futaro et ses réflexions sont souvent perspicaces.  Elle renvoit aussi un certaine image de lui même, comme s'il avait pu être elle. Saito Ryusei qui joue Futaro enfant est très crédible et très touchant. Pour son âge son jeu est surprenant. Kinami rend Akane touchante malgré son obstination et son amour pour Futaro et comme Mimura, elles arrivent à exister face à  Kenichi Matsuyama. J'ai adoré les scènes de repas " de famille" et surtout la relation entre Futaro et Midori, leur haine, cette tension devient palpable. Je ne sais toujours pas comment Midori a pu vivre sous la même toit que Futaro. Cette relation est ambiguë, malsaine, elle reflète le drama.

01

Est ce que le nom de Kenichi Matsuyama est un gage de qualité ? Bon à part Shindo ou je me suis ennuyée, la réponse est positive. Cet acteur est d'une polyvalence, il sait presque tout jouer ( Bon Shin dans nana c'était une erreur) : la comédie, le ridicule, la monstruosité. Il incarne un Futaro à la limite de la démence, il est cruel, manipulateur. Il faut le voir avec son rictus, il fait froid dans le dos. Il ne joue pas Futaro il l'est devenu. Dans les dernières minutes du drama, il arrive à rendre son personnage à nouveau humain, on entrevoit presque des regrets ! Bravo, quelle performance !

Pour finir, (enfin )Zeni Geba est un excellent drama, qui pose de nombreuses questions et à un fort echo avec la crise actuelle. C'est un drama intelligemment écrit, interprété ! Une belle réussite !

Voila, Merci d'avoit tout lu et bravo ! Alors je voulais juste écrire que je serai moins sur le net jusqu'en milieu mai, donc je ne sais si je pourrais publier article ! Car les partiels  approchent et comme je n'ai toujours pas de semaine blanche ...Bref ! Si vous avez des partiels, Gambatte ! Ajaja fighting ! 

Posté par lostincocoland à 00:04 - Drama - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,

Commentaires

Poster un commentaire